ACTUALITE

Un stade Serzian en fusion à fait chûté le Psg!

26 septembre 2010 - 133

De mémoire d'habitués du stade Serzian, on n'avait jamais vu autant de monde que ce samedi soir pour accueillir la réserve du Paris Saint Germain. Et les 700 à 800 spectateurs qui se sont déplacés n'ont sans doute pas eut de regrets après avoir assisté à une rencontre de très grande qualité ponctuée par un succès de la bande à Nasser Tahiri.

Après avoir fait deux matchs nuls face au Brc et Epinal, il était grand temps de prendre des points pour sortir de la zone des relégables et également conserver ce statut d'invaincus qui courrait depuis 4 matchs.

Dès l'entame du match, nos joueurs monopolisaient le cuir de manière à priver les joueurs de la capitale de jeu sans pouvoir cependant se procurer de réelles occasions de buts si ce n'est quelques actions rapides menées par la doublette Kuznik-Faivre. La plus belle de ces situations étant une déviation très inspirée de Julien Journet pour Dimitri Lienard qui se faisait malheureusement chiper le ballon par le dernier défenseur Francilien.

Cependant ce bon début de match était vite cassé par la sortie au 1/4 d'heure de jeu d'Alex Kuznik qui souffrait trop des adducteurs. Ajouté au forfait d'avant match de Jérémy Lux, le secteur offensif de Maurice Goldman se retrouvait très amputé.

Du coup, le match s'équilibrait et les Parisiens revenaient plutôt bien dans la partie mais notre défense très bien en place était de plus supplée par des sorties de qualité et très rassurante de Stéphane Véron, décidémment une très bonne recrue dans les cages Asémistes. La 1ere mi-temps s'achevait donc sur un score de parité assez logique.

De retour des vestiaires, les Parisiens prenaient le contrôle de la partie et inquiétaient notre président Jean-Paul Simon par un jeu vif qui empêchait les coéquipiers de Guillaume Arisi de poser le pied sur le ballon. D'autant plus que Yannick Konki avait du quitter ses coéquipiers victime d'un claquage, heureusement Majid Karryjane se mettait immédiatement au niveau du match et bloquait parfaitement son couloir gauche. Mais nos défenseurs laissaient venir les offensives adverses et empêchaient les Parisiens de frapper. Les deux milieux récupérateurs Julien Journet et Maxim Moureaux, assez impressionant hier soir, soutenaient la comparaison au milieu de terrain avec leurs homologues du psg et regagnaient peu à peu la bataille du milieu.

Après avoir laissé passer l'orage, nos joueurs pouvaient donc reprendre leurs offensives et le dernier 1/4 d'heure était même très clairement à notre avantage. La rentrée d'Azzedine Takouloufa apportait beaucoup de fraicheur et asphyxiait littéralement le milieu Parisien. Le ballon passant d'une surface à l'autre, le public présent sentait bien qu'un but serait inscrit et qu'il serait décisif, c'est donc dans un élan de joie immense que tout le stade Serzian se levait comme un seul homme lorsque l'arbitre, Nicolas Meyer, sifflait le pénalty évident de la 88e minute de jeu après que le portier Parisien ait arraché Dimitri Lienard dans la surface de réparation. Ce goal étant de plus dernier défenseur, il était renvoyé aux vestaires par l'homme en noir.

C'est donc le second portier francilien qui se présentait face à Cédric Faivre après de longues minutes de tergiversations pour ce pénalty de la fin de match. L'ancien joueur de Ligue 1, ayant connu des pressions bien plus grandes ne tremblait pas au moment de transformer l'essai avant de se jeter vers le banc des remplaçants avec tous ses coéquipiers. La fin de match semblait donc interminable pour tous nos joueurs mais après un dernier coup-franc vendangé par les adversaires, le coup de siffet final retentissait et tout le stade pouvait laisser éclater sa joie dans un immense élan de bonheur.

Les joueurs pouvaient alors quitter le terrain avec le sentiment du devoir accomplit après avoir salué le public venu les encourager.

Ce succès permet surtout à la troupe de Maurice Goldman de quitter la zone des relégables et de doubler le Psg au classement en se rapprochant du haut du ventre mou.
Après match, notre coach déclarait être soulagé "d'avoir marqué les premiers, on savait que celui qui ouvrirait le score avait de grandes chances de s'imposer. Cette fois-ci le sort nous a permis de passer devant et de bonifier nos matchs nuls précédents. On peut juste s'inquiéter de ne pas marquer beaucoup de buts et d'avoir un secteur offensif amputé par de nombreuses blessures, celle d'Alex Kuznik s'ajoutant à celles de Jérémy Lux et Rachid Jabal ainsi que Yannik Konki qui est sortit à la mi-temps".

Prochain rendez-vous la semaine prochaine en coupe de France, à nouveau à domicile pour un derby prometeur face à Audincourt.

Ian Boucard
Photo: Pat Colson